Message de Carême 2020

 

Nous entrons dans le temps du Carême en célébrant le mercredi des cendres. A cette occasion, le Saint Père s’adresse à nous par cette injonction « nous vous supplions au nom du Christ, laissez-vous réconciliez avec Dieu. » (2Co 5, 20).  Il y aura des mots qui nous toucheront sans aucune modération, comme reconversion, réconciliation, revenez à moi, etc. Les prêtres dans leurs homélies vont exhorter les fidèles à être miséricordieux, charitables, humbles, ouverts, accueillants, etc. Dès le commencement de ce temps de carême, chacune et chacun de nous selon sa capacité et selon son besoin, va préparer un projet, étroitement lié à la prière, à l’aumône et au jeûne.

 

Comme vous le savez déjà, pour nous les clarétains de Marseille, c’est une année jubilaire, 100 ans de la présence clarétaine à Marseille. Je vous invite à entrer dans ce temps, avec un sentiment de gratitude et de reconnaissance en rendant grâce à Dieu pour les biens que nous avons reçus. Ce temps de carême sera un moment de joie et de bonheur, car nous vivrons intensément avec le Seigneur, en admettant que cette vie ne nous suffit pas pour Lui rendre grâce. C’est ainsi notre pénitence et quel que soit le moment que nous souhaiterions vivre, qu’il nous amène vers le Seigneur, qu’il devienne un moment privilégié, un moment totalement consacré à nous, à nos frères et sœurs et à Dieu.

 

Ce temps de carême, nous invite à faire une relecture de notre vie, notre intériorité qui n’est visible qu’au Seigneur.  Pour cela, il faut savoir poser certaines questions, en toute sincérité et chercher les vraies réponses, de notre propre intériorité. Où je me trouve maintenant ? Suis-je Marie qui écoute la Parole de Dieu ou Marthe qui s’inquiète et s’agite pour beaucoup de choses, c’est-à-dire les choses secondaires ? (Lc 10. 38-45) Suis-je le fils prodigue qui dit : « je me lèverai et j’irai vers mon Père » ou le fils aîné qui a refusé de participer au festin proposé ? (Lc 15. 11-32).

 

La conversion d’abord est une invitation à reconnaître l’amour du Père bien aimé, un Père qui nous attend, savoir accueillir une vie donnée et une vie reçue en Jésus Christ.  Elle nous réveille de notre sommeil et aide à reconnaître notre propre identité héritée en Jésus Christ, comme les enfants de Dieu, une vie non plus selon la chair et mais selon l’Esprit. (Rom 8. 9-10). Le saint père nous rappelle dans son message de carême, je vous le cite « En ce temps favorable, laissons-nous donc conduire comme Israël dans le désert (cf. Os 2, 16), afin que nous puissions enfin entendre la voix de notre Époux, pour la faire résonner en nous avec plus de profondeur et de disponibilité. »

 

 

C’est par cette vie en Christ que nous sommes appelés à nous réconcilier avec Dieu, à travers nos frères et sœurs. C’est dans la réconciliation que nous recevons la grâce. C’est pourquoi le carême est un temps de renouveau pour l’Église à travers les baptisés qui s’engagent. Dans ce renouvellement le carême devient un temps de grâce. (2Cor. 6 ; 2) Donc cette conversion qui nous demande de nous réconcilier les uns avec les autres, ne peut plus être un acte individuel, mais un acte communautaire. Dieu désire sauver non seulement les individus, mais un peuple tout entier, les biens aimés du Père. Il souhaite que nous ne soyons ni divisés ni séparés, comme des individus, mais unis comme UN seul peuple (Jn 17, 20-22)

 

Ce peuple marchera comme un pèlerin, orienté vers la perfection voulue par le Seigneur. (Ecclesiam Soum 43) . Dans cette démarche vers le Seigneur, il rencontra Dieu dans le cœur des hommes. C’est pourquoi le Pape Paul VI nous dira que la révélation est un dialogue. (Ecclesiam Soum). Dieu continue à se révéler, et à nous parler. Il nous parle à travers la souffrance des exclus et des isolés, des affamés, des victimes, les migrants, etc. Le saint Père François dans son exhortation ‘GAUDETE ET EXSULTATE’ nous a posé cette question fondamentale, ‘peut-on comprendre la sainteté en dehors de cette reconnaissance vivante de la dignité de tout être humain ?

Le saint père dans son ‘exhortation apostolique post-synodale, ‘QUERIDA AMAZONIA’ qui vient de sortir, partage avec nous ses rêves : sociaux, culturels et écologiques. Élargissons ses rêves ! Je vous invite à vous associer avec moi, à ses rêves.  Que la vierge Marie, la Mère de Dieu nous accompagne.

Je vous souhaite un bon Carême, et une très belle préparation à la Pâque du Seigneur. 

Leave a comment