15ème Dimanche Ordinaire

Les lectures du jour nous font comprendre que création toute entière rende gloire à Dieu et elle nous révèle que ce Dieu est généreux. De leur part, la pluie et la neige réponde positivement à l’appel divin, en donnant les fruits, en temps voulu. Tout était créé par la Parole  et sa Parole nous donne la vie. C’est juste que saint Jean dans son évangile nous a dit que ‘Le Verbe s’est fait Chaire’.

Dans cette histoire de la création, ce n’est plus d’une donation faite par le Seigneur, mais Il s’est donné, particulièrement en son Fils, mort et ressuscité.  Il a envoyé son Fils unique, non pas pour nous juger, mais par Lui que le monde soit sauver. Cette Parole a accompli cette volonté divine et monté au ciel et assit devant le Seigneur, et descendra au dernier jour, pour nous juger, les vivants et les morts.

Ce Dieu nous rende visite quotidiennement. Il nous rende visite par le jour et la nuit.  Dans le murmure de la brize et dans la tempête. Dans la pluie et dans la sécheresse. La nature elle-même est une visitation et une révélation divine. Tout ce dont nous entendons dans l’encyclique ‘Laudato si’ comme un appel,  n’est pas une option, mais un devoir à accomplir. Dans ce sens-là, même cette pandémie est capable d’être à nous un message divin. Je le traduirais comme un appel à la conversion, un appel à a compréhension, un appel à l’intégration, un appel au dialogue, un appel au respect à l’humanité et à la fin un appel à écouter le crie de la terre, la création du Seigneur, sa Parole.

Nous avons cette parabole du semeur, qui sème sans aucune partialité, d’une générosité à tous, sans mesure. Il nous donne à chacune et à chacun de nous, une Parole, une parole qui est capable de donne ou de produire. Tout est conditionné par la manière dont nous accueillons cette parole et l’ouverture de notre cœur en la laissant pénétrer en nous, et faire partie de nous. Les graines deviennent notre propre chaire et par notre engagement, ces graines donnent les fruits.

N’oublions la parabole de la maison construite sur le roc. Dans notre vie quotidienne, le soleil sera là, la tempête nous fera sentir de sa part la puissance, le monde nous accueillera, comme il a accueilli le Seigneur. Pourtant, de notre part, il ne faut jamais d’être comme un roc, particulièrement devant les misères du peuple. Ne laissons pas les vengeances, les violences, à enraciner dans notre cœur, car ils sont les ronces.

À la suite du Christ, nous sommes envoyés pour être des semeurs de la bonne nouvelle et pour proposer l’Évangile aux hommes d’aujourd’hui. Nous avons tendance à nous lamenter sur les églises vides alors que les supermarchés sont pleins. Être missionnaire c’est aller sur tous les terrains, vers les croyants mais aussi les non croyants et les mal croyants. Le Christ veut les sauver tous. À sa suite et avec lui, nous sommes envoyés pour semer à profusion. Il ne s’agit pas de faire croire mais de dire et de témoigner de la foi qui est en nous. Même si nous n’en voyons pas les résultats, rien ne peut empêcher la Parole de Dieu de produire du fruit.

Que la Vierge Marie nous apprenne, par son exemple, à accueillir la Parole de Dieu, à la garder, et à la faire fructifier en nous et chez les autres.

 

 

 

 

 

Leave a comment